Acheter un scooter

Acheter un scooter comptant : que faire s’il s’agit d’un engin volé ?

Envisagez-vous l’acquisition d’un scooter d’occasion payé en espèces ? Une affaire alléchante peut parfois dissimuler une mauvaise surprise si le vendeur n’est pas honnête. Comment reconnaître un scooter volé et que faire si vous réalisez après coup que votre acquisition provient d’un vol ? Réponses détaillées ci-dessous.

Examiner les documents du véhicule lors de l’achat

Avant toute transaction, insistez pour que le vendeur vous présente les documents du scooter comme :

Un refus ou des hésitations doivent vous alerter, cela pourrait dissimuler un véhicule déclaré volé dont le propriétaire légitime est toujours bien réel. Soyez également vigilant quant à l’usure réelle de la moto par rapport à son kilométrage. Un écart important doit éveiller votre méfiance.

De même, méfiez-vous si certains numéros de série ont été limés ou retouchés. Il s’agit probablement d’une tentative de dissimulation d’un engin faisant l’objet d’un recel. Les escrocs sont parfois malins, alors soyez vigilant ! Et il est même préférable de faire appel à une entreprise de rachat de scooter cash.

Vérifier dans les fichiers si le scooter est signalé volé

Avant de débourser votre argent, prenez quelques précautions. Munissez-vous du numéro de série, du numéro d’immatriculation et de la plaque d’origine du véhicule. Vérifiez ces informations dans les fichiers nationaux recensant les deux-roues volés.

Plusieurs sites internet offrent ce service gratuitement en quelques clics. Même si ces listes ne sont pas exhaustives, elles permettent déjà d’éviter les erreurs les plus grossières. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter la police, qui pourra effectuer des vérifications plus approfondies. Vous éviterez ainsi de mauvaises surprises et la possible confiscation d’un scooter acheté de bonne foi, mais finalement signalé comme volé.

Lire aussi  Quand changer sa batterie voiture ?

Porter plainte en cas de découverte de la supercherie après l’achat

Malgré toutes vos précautions, il se peut que vous soyez victime d’un vendeur de scooter indélicat. Si vous réalisez après l’achat que votre tout nouveau scooter provient en fait d’un vol, ne paniquez pas. Même si vous êtes de bonne foi, vous avez le devoir moral de dénoncer le trafic et de permettre aux autorités de remonter la filière.

Rendez-vous au commissariat avec toutes les preuves tangibles de l’escroquerie. Déposez plainte pour recel de vol auprès des forces de l’ordre. Elles ouvriront une enquête et vous demanderont certainement de leur remettre le véhicule, qui sera restitué à son propriétaire légitime. Bien sûr, vous ne récupérerez probablement pas l’argent déboursé lors de cet achat « cash », mais votre démarche citoyenne permettra peut-être de mettre hors d’état de nuire des malfrats.

Se tourner vers son assurance protection juridique

Si porter plainte ne suffit pas à atténuer votre frustration face à cette arnaque, tournez-vous vers votre assurance. Si vous bénéficiez d’une protection juridique, ses services prendront en charge les démarches amiables ou judiciaires pour tenter de récupérer votre argent.

Votre dossier sera alors confié à un avocat qui se chargera d’engager des poursuites à l’encontre du vendeur indélicat. Gare à lui s’il est retrouvé ! Grâce aux talents de persuasion et à l’expérience de votre avocat, nul doute que vous obtiendrez réparation du préjudice subi. L’arnaqueur y regardera à deux fois avant de récidiver !

Bien évidemment, rien n’est garanti quant à l’issue de la procédure et vous devrez probablement faire une croix sur la somme investie dans ce scooter. Toutefois, la satisfaction de voir le responsable sanctionné atténuera certainement votre déconvenue.